* *

Texte à méditer :  Aucune philosophie n'a jamais pu mettre fin à la philosophie et pourtant c'est là le voeu secret de toute philosophie.   Georges Gusdorf
* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
La solidarité/sécurité sociale ; société et devoirs
  "Oui, vous vous devez les uns aux autres sous mille formes diverses. Selon moi, le duc et pair se doit bien plus à l'artisan ou au pauvre, que le pauvre et l'artisan ne se doivent au duc et pair. Les obligations contractées s'accroissent en raison des bénéfices que la société présente à l'homme, d'après ce principe, vrai en commerce comme en politique, que la gravité des soins est partout en raison de l'étendue des profits. Chacun paie sa dette à sa manière. Quand notre pauvre homme de la Rhétorière vient se coucher fatigué de ses labours, croyez-vous qu'il n'ait pas rempli des devoirs ; il a certes mieux accompli les siens que beaucoup de gens haut placés."
 
Balzac, Le Lys dans la vallée, 1836, Livre de poche, 1988, p.169.

  "Peu de questions relatives à la vie économique ont été aussi mal comprises que le problème de la sécurité économique. Et cette méconnaissance subsiste de façon frappante.
  Dans un type de société soumise au jeu de la concurrence, cette insécurité faisait partie du système. Le producteur ou le travailleur individuels pouvaient à tout moment voir changer subitement leur sort. Ce changement pouvait résulter de la paresse ou d'un manque de compétence qui leur faisaient perdre leur clientèle ou leur place. Mais les hommes les plus capables pouvaient souffrir d'un soudain changement sur­venu dans le goût des consommateurs ou subir le contrecoup de leur propre incompétence ou de celle de leur employeur. Ces changements imprévisibles de situation étaient à la fois inévitables et utiles. Ils étaient inévitables, car ils partici­paient à la souplesse du système qui était capable de s'adapter aux changements. Au fur et à mesure des transformations intervenues dans les besoins et les exigences, les hommes trouvaient de nouveaux emplois et en perdaient d'anciens. Les nouvelles industries requéraient le capital, qui se trouvait perdu pour les anciennes. L'insécurité était utile, car elle poussait les gens – patrons, salariés, travailleurs indépen­dants – à travailler de leur mieux et le plus efficacement possible, sous peine de voir leurs propres fautes retomber impitoyablement sur eux. Toutefois on appréciait cette insécurité, dont le principe ami paraissait si valable, presque exclusive­ment quand il s'agissait d'autrui, ou dans l'abstrait. On la considérait comme une nécessité de première importance pour stimuler les efforts d'autrui. L'individu semblait rarement la considérer comme vitale quand il s'agissait de lui. Les restric­tions de la concurrence et le libre mouvement des prix, prin­cipale source d'incertitude pour les entreprises ont surtout été déplorés par des professeurs d'université, nommés à vie. Ils estimaient en général la sécurité de leur emploi indispen­sable à l'éclosion de pensées fructueuses et élevées. Le souci des travailleurs préoccupés d'assurance-chômage ou d'assu­rance-vieillesse est apparu en général comme un signe d'indo­lence et de dégénérescence à des cadres qui auraient été fort peu attirés par des sociétés où ils risquaient d'être soumis à un licenciement arbitraire ou à des retraites insuffisantes. Les fermiers se sont vu reprocher de façon réitérée leur manque d'enthousiasme pour le système du libre prix, par des patrons dont les prix n'avaient pas changé depuis plu­sieurs années."

 

John K. Galbraith, L'Ère de l'opulence, 1958, 2e édition, 1969, tr. fr. Andrée R. Picard, Calmann-Lévy, 1970, p. 119-120.

 


Date de création : 05/03/2011 @ 14:45
Dernière modification : 15/12/2019 @ 08:45
Catégorie :
Page lue 3048 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^