* *

Texte à méditer :  Je vois le bien, je l'approuve, et je fais le mal.  Ovide
* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
L'espace individuel comme produit de la position sociale

  "À l'opposé de la société artisanale, l'expérience des réseaux de sociabilité d'un conseiller au Parlement de Paris, sous la Régence, révèle comment la construction des liens concrets entre les hommes et leur mise en présence dans des espaces successifs se déroule dans un cadre à la fois organisé et institutionnalisé et dans une dimension personnelle dont les choix élargissent ou rétrécissent la carte et la dynamique d'une vie. Arnaud de Saint-Martin (1659-1732) est, par sa naissance protestante, agrégé à l'espace des familles huguenotes, entre la paroisse Saint-Germain l'Auxerrois et le Temple de Charenton. Sa conversion et une séparation familiale fortuite l'inscrivent dans celui des hauts magistrats parisiens et catholiques ; elles favorisent son implantation rive gauche et ses possibilités de déplacements vers des terres et seigneuries proches en Île-de-France, lointaines dans l'Ouest. Grâce à son Journal on peut suivre au plus près les rythmes et les respirations de ses déplacements et de ses arrêts. Son espace est centré sur le logis de la paroisse Saint-Étienne du Mont d'où il gagne la Cour et où il reçoit le cercle familial et les milieux professionnels. Tout déplacement hors de la ville est un voyage où les repères se font moins nombreux, où le réseau de sociabilité se distend. Dans Paris, le Palais est un épicentre, avec l'église paroissiale, avec quelques promenades périphériques, sur les rives de la Seine, aux Champs-Élysées ; les domiciles des parlementaires au Marais ou au faubourg Saint-Germain constituent un autre cadre au-delà du quartier. Toutefois de 1720 à 1723, années pour lesquelles le journal est bien informé, il n'a pas quitté ce périmètre sauf pour atteindre Pontoise (le Parlement y est exilé), Fontenay-aux-Roses où il reçoit l'hospitalité d'un ami, Villeron qui y a sa maison de campagne. Pour le reste, l'espace d'Arnaud de Saint-Martin s'agence au gré des correspondances et des visites reçues : les campagnes de l'Angoumois et du Chatellaurachais y dominent. Quelques correspondants hollandais l'inscrivent dans l'espace de l'émigration protestante. L'exemple illustre bien comment l'espace d'un homme de loi dépend d'éléments personnels et familiaux, économiques aussi puisque M. de Saint-Martin gère des domaines, il ne se déplace que vers les plus proches puisqu'il entretient des relations d'échanges et d'affaires, voire d'amitié. On peut imaginer qu'il l'étend bien au-delà par des pratiques de lecture.
  Mobilité et sociabilité permettent de comprendre comment se vivent des espaces à travers des cercles successifs et emboîtés, au village comme en ville, de la cellule familiale aux lieux de travail et des échanges, du repos aux loisirs."

 

Daniel Roche, "L'espace et les historiens : pratiques et réflexions", in Les espaces de l'homme, Odile Jacob, 2005, p. 317-318.

 

Retour au menu sur l'espace


Date de création : 17/03/2014 @ 12:55
Dernière modification : 17/03/2014 @ 12:55
Catégorie :
Page lue 2510 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^