* *

Texte à méditer :   Les vraies révolutions sont lentes et elles ne sont jamais sanglantes.   Jean Anouilh
* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
Si Dieu n'existe pas, alors tout est permis
Cette citation, cri de ralliement du nihilisme, et que l'on attribue très justement à Dostoïevski, n'existe pas en tant que telle (c'est-à-dire sous cette forme vulgarisée). En effet, elle n'est que la condensation d'un passage des Frères Karamazov, dans lequel Dimitri (l'un des trois frères) s'exprime ainsi :

"Que faire si Dieu n'existe pas, si Rakitine a raison de prétendre que c'est une idée forgée par l'humanité ? Dans ce cas l'homme serait le roi de la terre, de l'univers. Très bien ! Seulement, comment sera-t-il vertueux sans Dieu ? Je me le demande. [...] En effet, qu'est ce que la vertu ? Réponds-moi Alexéi. Je ne me représente pas la vertu comme un chinois, c'est donc une chose relative ? L'est-elle, oui ou non ? Ou bien elle n'est pas une chose relative ? Question insidieuse. [...] Alors tout est permis ?"

Paroles de Mitia (Dimitri) dans Les frères Karamazov de Dostoïevski, 4e partie, Livre XI, chapitre 4.

Nietzsche s'est très largement inspiré de cette citation, notamment dans la Généalogie de la morale (Troisième traité).
C'est ainsi qu'il écrit au paragraphe 24 :

"Lorsque les croisés chrétiens se heurtèrent en Orient à l'invincible ordre des Assassins, cet ordre d'esprits libres par excellence dont les grades les plus bas vivaient dans une obéissance qu'aucun ordre monastique n'a égalée, ils reçurent par quelque voie une indication sur le symbole et la devise qui étaient réservés aux seuls grades supérieurs comme leur secret : "rien n'est vrai, tout est permis"... Voilà, par exemple qui était de la liberté de l'esprit, cette formule congédiait la foi même en la vérité..."

Nietzsche développe ensuite une réflexion sur le sens de l'existence à partir de cette idée de la mort de Dieu (ou du vrai), qui culmine au paragraphe 28 du Troisième traité.

Sartre a lui aussi repris à son compte la citation de Dostoïevski dans un passage célèbre de L'existentialisme est un humanisme :

"Dostoïevski avait écrit : "Si Dieu n'existait pas, tout serait permis." C'est là le point de départ de l'existentialisme. En effet, tout est permis si Dieu n'existe pas, et par conséquent l'homme est délaissé, parce qu'il ne trouve ni en lui, ni hors de lui une possibilité de s'accrocher. Il ne trouve d'abord pas d'excuses. Si, en effet, l'existence précède l'essence, on ne pourra jamais expliquer par référence à une nature humaine donnée et figée ; autrement dit, pas de déterminisme, l'homme est libre, l'homme est liberté. Si, d'autre part, Dieu n'existe pas, nous ne trouvons pas en face de nous des valeurs ou des ordres qui légitimeront notre conduite. Ainsi, nous n'avons ni dernière nous, ni devant nous, dans le domaine numineux des valeurs, des justifications ou des excuses. Nous sommes seuls, sans excuses. C'est ce que j'exprimerai en disant que l'homme est condamné à être libre. Condamné, parce qu'il ne s'est pas créé lui-même, et par ailleurs cependant libre, parce qu'une fois jeté dans le monde, il est responsable de tout ce qu'il fait".


Date de création : 05/01/2006 @ 22:14
Dernière modification : 23/12/2010 @ 14:09
Catégorie :
Page lue 5695 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^