* *

Texte à méditer :   Un peuple civilisé ne mange pas les cadavres. Il mange les hommes vivants.   Curzio Malaparte
* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
Philosophie et vision du monde

  "Dans la préface à son très beau recueil d'articles intitulé Les Hérétiques, Chesterton écrit : « Certains pensent, et j'en fais partie, que finalement, ce qui compte le plus d'un point de vue pratique chez un individu, c'est sa vision du monde. Certes ce qui importe pour la logeuse, c'est de connaître les revenus de son futur locataire, mais plus encore de connaître sa philosophie. Pour un général sur le point de livrer bataille, il importe de connaître les effectifs de l'ennemi, mais plus encore sa philosophie. Aussi le problème n'est-il pas de savoir si notre théorie de l'univers a une quelconque influence sur les choses, mais si, au bout du compte, elle n'est pas la seule chose qui en ait. »
  Je partage sur ce point l'opinion de M. Chesterton. Je sais que vous tous, Mesdames et Messieurs, que chacun d'entre vous, avez votre philosophie et que ce qu'il y a de plus intéressant et de plus important chez vous, c'est la façon dont elle détermine la perspective au sein de vos univers respectifs. Vous savez qu'il en va de même pour moi. Et pourtant, je dois avouer que ce n'est pas sans appréhension que je me lance dans cette entreprise audacieuse. Car cette philosophie, si importante pour chacun de nous, ne relève pas de la technique. Elle est ce sentiment plus ou moins confus que nous avons du sens profond et véritable de la vie. Les livres ne nous en donnent qu'une partie ; elle est notre façon personnelle de voir et de ressentir la poussée et la pression de l'univers tout entier."

 

William James, Le pragmatisme, 1907, Leçon I, tr. fr. Nathalie Ferron,Champs classiques, 2011, p. 83-84.

 

  "In the preface to that admirable collection of essays of his called 'Heretics,' Mr. Chesterton writes these words: “There are some people—and I am one of them—who think that the most practical and important thing about a man is still his view of the universe. We think that for a landlady considering a lodger, it is important to know his income, but still more important to know his philosophy. We think that for a general about to fight an enemy, it is important to know the enemy's numbers, but still more important to know the enemy's philosophy. We think the question is not whether the theory of the cosmos affects matters, but whether, in the long run, anything else affects them.”
  I think with Mr. Chesterton in this matter. I know that you, ladies and gentlemen, have a philosophy, each and all of you, and that the most interesting and important thing about you is the way in which it determines the perspective in your several worlds. You know the same of me. And yet I confess to a certain tremor at the audacity of the enterprise which I am about to begin. For the philosophy which is so important in each of us is not a technical matter; it is our more or less dumb sense of what life honestly and deeply means. It is only partly got from books; it is our individual way of just seeing and feeling the total push and pressure of the cosmos."

 

William James, Pragmatism, 1907, Lecture I, Harvard University Press, 2000, p. 9.

 

Retour au menu sur la philosophie


Date de création : 16/02/2015 @ 13:49
Dernière modification : 16/02/2015 @ 13:49
Catégorie :
Page lue 1521 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^