* *

Texte à méditer :  Aucune philosophie n'a jamais pu mettre fin à la philosophie et pourtant c'est là le voeu secret de toute philosophie.   Georges Gusdorf
* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
La guerre : science ou art ?

  "Nous avons déjà dit ailleurs que  savoir n'est pas la même chose que pouvoir. Ils sont si différents qu'il n'y a pas de confusion possible. Le pouvoir, ce que l'on peut faire, ne peut à proprement parler se trouver dans les livres ; le mot « art », ne devrait donc jamais être le titre d'un livre. Mais on s'est habitué à réunir sous le nom de « théorie de l'art », ou d' « art » tout simplement, les connaissances nécessaires à l'exercice d'un art (qui, isolément, peuvent être des sciences complètes). Il est donc logique d'appliquer cette distinction et de nommer « art » tout ce qui vise au pouvoir de produire quelque chose, par exemple l'architecture, et « science » tout ce qui vise au pur savoir, comme les mathématiques ou l'astronomie. Il va de soi que toute théorie de l'art peut inclure des sciences particulières complètes, et cela ne doit pas nous égarer. Mais il faut aussi remarquer qu'il n'existe pas de savoir absolument dépourvu d'art. En mathématiques, par exemple, le calcul et l'usage de l'algèbre sont des arts, mais la frontière est loin d'être là. La raison en est la suivante : si évidente et palpable que soit la différence entre savoir et pouvoir dans la masse des produits des connaissances humaines, il est difficile de les séparer parfaitement au cœur de l'homme lui-même.

  Difficulté de séparer le discernement du jugement (art de la guerre)

  Toute pensée est art. Là où le logicien tire un trait, là où cessent les prémisses qui résultent de la connaissance, là où le jugement entre en action, l'art commence. Mais plus encore : lorsque l'esprit discerne, il juge déjà, et par conséquent il exerce un art, et cela vaut même pour le discernement par les sens. En un mot : s'il est inconcevable qu'un être humain soit doué de la faculté de connaître en étant dépourvu de celle de juger, ou vice versa, il est tout aussi impossible de séparer complètement l'art du savoir. Plus ces subtils éléments de lumière prennent corps dans les formes extérieures du monde, plus leurs royaumes sont distincts. Encore une fois : le domaine de l'art s'étend là où l'on vise à créer et à produire ; la science règne là où l'on tend à rechercher et à savoir. - Il découle directement de tout cela qu'il est plus approprié de parler d'art de la guerre plutôt que de science de la guerre."

 

Carl von Clausewitz, De la guerre, 1832, Livre deuxième, chapitre 3, tr. Fr. Nicolas Waquet, Rivages Poche, 2014, p. 150-151.

 

Retour au menu sur la politique

 

Retour au menu sur la guerre


Date de création : 03/04/2015 @ 09:55
Dernière modification : 03/04/2015 @ 09:55
Catégorie :
Page lue 2326 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^