* *

Texte à méditer :  Ceux qui brûlent des livres finissent tôt ou tard par brûler des hommes.  Heinrich Heine
* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
Les mauvais usages du langage ou de la parole

  "La forme la plus fréquente, peut-être, sous laquelle le paradoxe s'introduit dans la pragmatique de la communication humaine est celle d'une injonction exigeant un comportement déterminé qui, de par sa nature même, ne saurait être que spontané. Le prototype d'un tel message est donc : « Soyez spontané ! » Toute personne mise en demeure d'avoir ce comportement, se trouve dans une position intenable, car pour obéir, il lui faudrait être spontané par obéissance, donc sans spontanéité. Voici quelques variantes de ce type d'injonction paradoxale :

1. « Tu devrais m'aimer. »
2. « Je veux que tu me domines. » (Demande faite par une femme à un mari passif.)
3. « Tu devrais aimer jouer avec les enfants, comme les autres pères. »
4. « Ne sois donc pas si docile. » (Des parents à leur enfant qu'ils jugent trop dépendant d'eux.)µ
5. « Tu es libre de partir, tu sais, t'en fais pas si je pleure. » (exemple tiré d'un roman de William Styron.)"

 

P. Watzlawick, J. H. Beavin, D. D. Jackson, Une logique de la communication, 1967, Paris, Seuil, trad. J. Morche, 1972, p. 201.

 

Retour au menu sur le langage

 

Retour au menu sur la parole


Date de création : 08/10/2016 @ 15:57
Dernière modification : 08/10/2016 @ 15:57
Catégorie :
Page lue 470 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^