* *

Texte à méditer :  Je vois le bien, je l'approuve, et je fais le mal.  Ovide
* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
Le rapport du groupe au chef

  "On peut observer dans un groupe politique comme dans une usine, dans une classe scolaire comme dans une communauté religieuse, comment l'organisation pyramidale avec un chef à sa tête contribue à l'unité du tout aussi bien en cas d'harmonie qu'en cas d'opposition, comment peut-être ce dernier cas oblige encore plus à « resserrer les rangs ». Si d'une façon générale l'opposition commune est le moyen le plus puissant pour pousser un grand nombre d'individus ou de groupes à s'unir, cela sera encore plus fort si l'adversaire commun est en même temps le maître commun. Cette combinaison se retrouve quasi partout non pas de façon manifeste et effective, certes, mais sous une forme latente : dans une certaine mesure ou d'une certaine manière, le maître est presque toujours un adversaire. L'homme a une double relation interne au principe de subordination : d'un côté il veut bien être dominé, la plupart des hommes non seulement sont incapables de vivre sans être conduits, mais ils en ont aussi le sentiment, ils recherchent le pouvoir supérieur qui les déchargera de la responsabilité d'eux-mêmes, et des limites, des règles rigoureuses, qui ne les protégeront pas seulement contre l'extérieur, mais aussi contre eux-mêmes. Mais ils n'ont pas moins besoin de s'opposer à cette puissance dirigeante, il faut cela pour lui donner, pour ainsi dire par coup et contrecoup, sa juste place dans le système vital intérieur de ceux qui lui obéissent. Et l'on est même tenté de dire que l'obéissance et l'opposition ne sont que les deux aspects ou les deux articulations d'un comportement humain tout à fait unitaire, qui vont dans des directions différentes et se présentent comme des pulsions autonomes."

 

Georg Simmel, Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, 1908, tr. fr. Lyliane Deroch-Gurcel et Sibylle Muller, PUF, Quadrige, 2013, p. 170.

 

Retour au menu sur la société


Date de création : 16/04/2017 @ 17:11
Dernière modification : 16/04/2017 @ 17:11
Catégorie :
Page lue 1217 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^