* *

Texte à méditer :   La réalité, c'est ce qui ne disparaît pas quand vous avez cessé d'y croire.   Philip K. Dick
* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
Le langage
 
 
N'oubliez pas de cliquer sur les liens des différentes problématiques, afin d'accéder à un choix de textes relatifs à cette problématique particulière.
Avertissement : Les textes proposés ici étaient presque tous susceptibles d'être classés dans plusieurs problématiques. Nous avons cependant choisi de ne les faire apparaître qu'une seule fois, c'est pourquoi il ne faut pas hésiter à explorer toutes les problématiques, afin de trouver un texte vous intéressant.

 
Introduction
 

- Pourquoi la philosophie juge-t-elle primordiale de réfléchir sur le langage ?

 

I. Le langage : naturel ou culturel ?


- Est-il naturel à l'homme de parler ?
 

1. Définir le langage
 

a. La nature symbolique du langage


2. Le langage est-il le propre de l'homme ?
 

- En quoi le langage est-il spécifiquement humain ?
- Le langage est-il le propre de l'homme ?
- En quoi peut-on dire que parler est le propre de l'homme ?

 

a. Les langages animaux

 

- Peut-on parler d'un langage des animaux ?


3. L'origine du langage ; l'origine des mots


4. L'origine sociale du langage

5. Le langage comme fondement de la culture

 

 6. L'apprentissage du langage
 

- En apprenant sa langue maternelle n'apprend-on qu'à parler ?
- Qu'est-ce qu'apprendre à lire ?

 

7. La diversité des langues
 

- La diversité des langues contredit-elle l'idée d'une raison universelle ?
- La diversité des langues est-elle un obstacle à l'entente entre les peuples ?
- Une langue implique-t-elle une conception du monde ?
- En apprenant sa langue maternelle n'apprend-on qu'à parler ?
- En quel sens parler d'une langue maternelle ?
- Notre pensée est-elle prisonnière de la langue que nous parlons ?
 

a. L'évolution des langues (la dimension historique de la langue)
 

b. Une langue universelle et/ou parfaite est-elle possible ?


- Peut-on légitimement instituer une langue universelle ?
- Est-il possible et souhaitable de créer une langue universelle ?

- Serait-il souhaitable que l'humanité parle une seule langue ?
 

II. Langage et réalité
 

- Les mots peuvent-ils rendre compte de la nature des choses ?
- Dans quelle mesure les progrès que l'on fait dans l'acquisition du vocabulaire et dans la précision de son emploi peuvent-ils être considérés comme un enrichissement de l'expérience ?
- Peut-on rendre compte des choses avec les mots ?
- Peut-on tout dire ?
- Les mots cachent-ils les choses ?
- Les mots nous éloignent-ils des choses ?
- Par le langage, peut-on agir sur la réalité ?
- Les mots ont-ils un pouvoir sur les choses ?

 

1. Peut-on parler de ce qui n'est pas ?

 

- Peut-on parler de ce qui n'existe pas ?

 

2. Les mots réfèrent aux choses

 

- Les mots disent-ils les choses ?
- Le langage sert-il à exprimer la réalité ?

 

3. La langue (le langage) n'est-elle que le reflet de la réalité ?

 

- Le langage est-il un tableau fidèle de la réalité ?

 

4. Le langage conditionne-t-il notre vision du monde ?


- Le langage détermine-t-il notre rapport au réel ?
- En quel sens le langage constitue-t-il le réel ?
- Une langue implique-t-elle une conception du monde ?


a. L'hypothèse de Sapir-Whorf


b. Quand les mots remplacent les choses
 

5. Le nominalisme

 

6. Langage et connaissance
 

- Faut-il regretter que la langue soit équivoque ?
- Faut-il reprocher au langage d'être équivoque ?
- Que signifie l'expression : "les mots me manquent pour le dire" ?
- Quel sens prêtez-vous à l'expression : "les mots me manquent pour le dire" ?
- Sait-on toujours bien ce que l'on dit ?
- Un langage rigoureux est-il possible ?
- Celui qui parle sait-il toujours ce qu'il dit ?
- Parler pour faire savoir, parler pour faire croire ?
- Sait-on toujours ce que l'on dit ?
- Le langage est-il un obstacle à la connaissance ?

 

a. Langage et construction des concepts
 

7. Langage et vérité

 

a. Illusion du langage
 

- Le lan peut-il être un obstacle à la recherche de la vérité ?
- "La magie des mots" : une perversion du langage ?
- Pourquoi avoir peur des mots ?
- Est-il dans la nature de la parole d'être à la fois véridique et mensongère ?
- Les mots cachent-ils les choses ?

 

b. La recherche du vrai par le dialogue (le dialogue socratique)

 

- "La vérité est fille de la discussion, non pas fille de la sympathie."
- Le dialogue est-il le chemin de la vérité ?
- La discussion est-elle source de vérité ?
- La vérité est-elle fille de la discussion ou fille de la sympathie ?
- Pensez-vous que la vérité soit fille de la discussion et non de la sympathie ?

 

III. Signification et compréhension

1. La nature du langage

 

- En apprenant sa langue maternelle n'apprend-on qu'à parler ?
- En quel sens parler d'une langue maternelle ?
- Peut-on légitimement instituer une langue universelle ?

- Est-il possible et souhaitable de créer une langue universelle ?
- La diversité des langues contredit-elle l'idée d'une raison universelle ?
- Serait-il souhaitable que l'humanité parle une seule langue ?
- La science apporte-t-elle à l'homme l'espoir de constituer un langage artificiel ?
 

a. Langage, langue et parole

b. L'articulation du langage

c. Le signe linguistique ; la distinction signifié/signifiant chez Saussure

 
d. La langue (ou le langage) comme système

e. L'arbitraire du langage/du signe


f. Sens, dénotation et représentation chez Frege

 

g. Icone/indice/symbole chez Peirce
 

2. La compréhension du langage


- Parle-t-on seulement pour être compris ?


a. Le sens des mots
 

b. Les querelles de mots


- Est-il raisonnable de se quereller pour des mots ?
- Toute querelle de mots est-elle futile ?


c. La définition des termes du langage


- Expliquez et appréciez cette affirmation : « si l'on voulait définir les mots que l'on comprend le moins, il faudrait définir ceux dont on se sert le plus ».
- Peut-on tout définir et tout démontrer ?

 

- Définitions de noms et définitions de choses


d. Le rôle du contexte de locution
 

e. Le problème de la traduction


- "Traduire, c'est trahir."
- Toute parole peut-elle être traduite ?

 

 

3. Dit et non-dit ; les imperfections du langage

- Y a-t-il nécessairement des imperfections dans le langage ?
- Le silence ne dit-il rien ?
- Le silence a-t-il un sens ?
- Le silence signifie-t-il toujours l'échec du langage ?
- Le sous-entendu.
- Quel rôle joue le sous-entendu dans le langage ?
- Les phrases ont un sens : d'où leur vient-il ?
- En quel sens peut-on dire que nos paroles nous trahissent ?
- Le sens de ce que l'on dit se réduit-il à ce que l'on veut dire ?


4. Langues et langage

- Expliquer une langue, est-ce comprendre le langage ?
- Parler une langue, est-ce la connaître ?

- Expliquez et appréciez cette affirmation : "si l'on voulait définir les mots que l'on comprend le moins, il faudrait définir ceux dont on se sert le plus".
- Puis-je créer un langage ?
- Y a-t-il plusieurs sortes de langage ?


5. Parole et écriture


- Les paroles s'envolent, les écrits restent.
- A-t-on raison d'estimer que l'écriture a plus de valeur que la parole ?
- L'écriture a-t-elle plus de valeur que la parole ?
 

6. Parole et image
 

- Les images nous parlent-elles comme des mots ?
 

7. Polysémie


- L'ambiguïté des mots peut-elle être heureuse ?
- Pourquoi les mots ont-ils plusieurs sens ?

 

- Le poète a-t-il quelque chose à dire ?
- Quel usage le poète fait-il du langage ?
- Le langage a-t-il la même valeur pour le poète, le savant et le philosophe ?
- Est-ce le même monde qu'analyse le physicien et qu'évoque le poète ?
 

IV. Portée du langage


1. La fonction du langage

- Pourquoi parle-t-on ?
- Le langage ne sert-il qu'à signifier ?

- Le langage sert-il à exprimer la réalité ?
- Le langage n'est-il qu'un instrument de communication ?
- Le langage ne sert-il qu'à communiquer ?
- Le langage n'est-il qu'un outil ?
- Le langage n'est-il que transmission d'informations ?
- Le langage est-il un instrument ?

- Le langage est-il un instrument de domination ?
- Parle-t-on seulement pour être compris ?

 

 

2. La diversité des emplois est-elle aussi une diversité de langages ?
 

- Quel usage le poète fait-il du langage ?
- Le langage a-t-il la même valeur pour le poète, le savant et le philosophe ?

- L'expression "langage mathématique" a-t-elle un sens rigoureux ?
- Le langage mathématique est-il encore un langage ?

- Peut-on parler d'un langage de l'art ?
- Pour penser rigoureusement, faut-il renoncer au langage courant ?
- Pourquoi le langage scientifique n'est-il pas le langage commun ?


3. Condition d'emploi du langage


- Prendre soin du langage, n'est-ce que pur conformisme ?
- Qu'est-ce qu'apprendre à lire ?
- Parler, n'est-ce pas toujours en un sens donner sa parole ?
- « C'est parler pour ne rien dire", dit-on souvent dans la vie quotidienne. Cette formule vous paraît-elle définir la fonction du langage ?

- Parler et bavarder. Quelles différences y voyez-vous? Comment justifiez-vous ces différences ?

 

a. Les règles de la conversation


- L'usage de la parole doit-il être soumis à des règles ?
- Les règles du langage sont-elles un obstacle à la communication ?

 

b. Les mauvais usages du langage
 

4. Expression

- Les acquis de l'expérience sont-ils communicables ?
- N'exprime-t-on que ce dont on a conscience ?

- Qu'est-ce que s'exprimer ?
- Le langage ne sert-il qu'à s'exprimer ?
- Y a-t-il quelque chose que le langage ne puisse dire ?
- Peut-on tout exprimer ?

- Les paroles engagent-elles tout autant que les actes ?
 

6. Communication ; communication et moyens de communication

- Comment savons-nous que nous communiquons avec un être humain?

 - Communiquer, est-ce essentiellement transmettre des informations ?

- Communiquer et informer, est-ce la même chose ?

- Suffit-il de parler la même langue pour comprendre ce qu'on se dit ?

- Pourquoi les hommes, même lorsqu'ils parlent la même langue, ont-ils tant de mal à se comprendre ?

- Est-il nécessaire de parler pour être compris ?

- Y a-t-il de l'incommunicable ?

- Une langue bien faite mettrait-elle fin à toute discussion ?

- A-t-on raison d'estimer que l'écriture a plus de valeur que la parole ?

- L'écriture a-t-elle plus de valeur que la parole ?

- Le langage n'est-il que transmission d'informations ?

- Le langage n'est-il qu'un instrument de communication ?

- Le langage ne sert-il qu'à communiquer ?

- Le langage peut-il seul garantir la communication entre les hommes ?

- Les règles du langage sont-elles un obstacle à la communication ?
- Parle-t-on seulement pour être compris ?
 

a. La communication publicitaire

 

 

b. La télévision

 

7. La communication dans le dialogue


- Suffit-il de communiquer pour dialoguer ?
- Quelles sont les différentes sortes de difficultés que nous pouvons rencontrer dans le dialogue ? Quelles en sont les causes selon vous ?

- Le dialogue est-il la forme privilégiée du langage ?
- Le dialogue peut-il n'être qu'un monologue déguisé ?

 

a. Ce qui rend possible le dialogue

- A quelles conditions est-il possible de dialoguer ?
- A quelles conditions un dialogue est-il véritable ?

 

b. La discussion entre hommes


- La discussion n'a-t-elle pour but que l'accord avec autrui ?
- La discussion permet-elle de lever tous les obstacles qui nous empêchent de comprendre autrui ?
- Une langue bien faite mettrait-elle fin à toute discussion ?
- Pensez-vous que la vérité soit fille de la discussion et non de la sympathie ?
- La vérité est-elle fille de la discussion ou fille de la sympathie ?


8. Langage et liberté ; l'aspect créateur du langage ; les règles du langage
 

9. Ce que peut et ce que ne peut pas le langage



- En quel sens peut-on dire que la parole est un pouvoir ?
- La parole est-elle un pouvoir ?

- Les mots ont-ils un pouvoir ?
- Les mots ont-ils un pouvoir sur les choses ?
- À quoi tient le pouvoir des mots ?
- Peut-on avoir peur des mots ?
- En quel sens peut-on dire que nos paroles dépassent notre pensée ?
- Sommes-nous maîtres de nos paroles ?
- L'homme peut-il être maître de son langage ?
- Que veut-on dire lorsqu'on évoque le pouvoir des mots ?
- Dans quelle mesure le langage est-il un moyen de maîtrise et de domination ?
- Le langage est-il un instrument de domination ?
- La parole est-elle un instrument de domination ?

- Sommes-nous réduits à subir le pouvoir d'une langue ?
- Faut-il accorder de l'importance aux mots ?
- Le langage est-il un instrument ?
- Le langage nous donne-t-il un pouvoir sur autrui ?

 

- Persuader/convaincre ; la rhétorique

 

- Persuader quelqu'un est-ce l'empêcher de penser ?
- Persuader et démontrer
- Est-il toujours nécessaire de démontrer pour convaincre ?
- Suffit-il d'avoir raison pour convaincre autrui ?
- Suffit-il d'avoir raison pour convaincre ?
- Suffit-il de dire la vérité pour convaincre ?

 

- L'exemple de la cure analytique

 

 

- Admettriez-vous que dire c'est faire ?
- Peut-on agir avec des mots ?
- Par le langage, peut-on agir sur la réalité ?
- En quel sens peut-on dire que "Les discours sont des actes et même des actes tout à fait essentiels et très efficaces" ?
- Parler, est-ce le contraire d'agir ?
- Parler, est-ce ne pas agir ?
-
Les mots peuvent-ils agir ?
- Les actes s'opposent-ils aux paroles ?
- On oppose souvent les actes aux paroles : est-ce légitime ?
- On oppose souvent les actes et les paroles. Cette opposition vous paraît-elle pertinente ?
- Les paroles engagent-elles tout autant que les actes ?

 

- La parole magico-religieuse

 

- La parole de Dieu

 

d. La question des limites/imperfections du langage
 

- Peut-on tout dire ?
- Notre pensée est-elle prisonnière de la langue que nous parlons ?
- Peut-on reprocher au langage d'être imparfait ?
- Y a-t-il nécessairement des imperfections dans le langage ?

- Quel sens prêtez-vous à l'expression : "les mots me manquent pour le dire" ?
- Y a-t-il de l'incommunicable ?

 

e. Ce dont on ne peut/doit pas parler
 

10. Pouvoir et langage

- Le langage est-il un instrument de domination ?
 

a. Parole et pouvoir
 

- La parole est-elle un instrument de domination ?
 

b. Ecriture et pouvoir


c. L'Etat et la langue
 

d. La parole totalitaire


e. Le dialogue/la parole comme exclusion de la violence
 

- Le discours peut-il abolir la violence ?
- Recourir au langage, est-ce renoncer à la violence ?

 

V. Langage et pensée
 

- La pensée précède-t-elle le langage ?
- Que perdrait la pensée en perdant l'écriture ?

- Appréciez ce jugement : "C'est dans les mots que nous pensons, le mot donne à la pensée son existence la plus haute et la plus vraie."
- Apprenons-nous notre pensée en parlant ?
- Notre pensée est-elle prisonnière de la langue que nous parlons ?
- Peut-on dire que les mots nous apprennent notre propre pensée ?
- Que pensez-vous de cette opinion de Boileau : "Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement. Et les mots pour le dire arrivent aisément" ?
- L'acquisition du langage permet-elle de former sa pensée ?

- "Qui n'a pas réfléchi sur le langage n'a pas vraiment commencé à philosopher." Justifier cette affirmation.
- En quel sens peut-on dire que nos paroles nous trahissent ?
- Le langage nous trahit-il ?
- Le langage trahit-il la pensée ?
- Peut-on tout dire ?

- Pouvons-nous vraiment dire n'importe quoi n'importe comment ?
- Faut-il faire confiance au langage ?
- Le sens de ce que l'on dit se réduit-il à ce que l'on veut dire ?
- L'homme peut-il être maître de son langage ?

- Le langage sert-il à parler ou bien à penser ?

 

1. La conception classique du langage conçu comme expression de la pensée

 

2. Langage et pensée d'un point de vue génétique
 

3. Langage et conceptualisation ; mots et concepts
 

4. Bien parler n'est pas bien penser ; les illusions de la rhétorique


- Bien parler, est-ce bien penser ?
- Suffit-il d'apprendre à bien parler pour bien penser ?
- Parle-t-on comme on pense ou pense-t-on comme on parle ?

 

5.  Langage et logique ; les équivocités du langage

VI. Langage et société / culture
 

- Le langage est-il ce qui nous rapproche ou ce qui nous sépare ?
- La parole rapproche-t-elle les hommes ?
- La diversité des langues est-elle un obstacle à l'entente entre les peuples ?
- Le langage permet-il aux hommes de se comprendre ?
- La discussion n'a-t-elle pour but que l'accord avec autrui ?
- Le fait de parler la même langue institue-t-il entre les hommes des liens privilégiés ?
- Est-il possible de connaître une société en ignorant sa langue ?
- Héritage de mots, héritage d'idées.

 

1. Le langage comme fait social

 

a. La langue comme produit social


b. Le dialogue comme interaction sociale

 

c. La détermination sociale du discours

d. L'instauration des règles sociales par le langage

 

2. Langage et culture

 

a. La diversité des langues


- Serait-il souhaitable que l'humanité parle une seule langue ?
- La diversité des langues est-elle un obstacle à l'entente entre les peuples ?
- En apprenant sa langue maternelle n'apprend-on qu'à parler ?
- En quel sens parler d'une langue maternelle ?

 

b. Le caractère national ou culturel des langues

 

- Une langue implique-t-elle une conception du monde ?

 

c. Langue et parole


3. L'évolution du langage
 

4. Ethique de la parole


a. Le bavardage

 

b. La parole mensongère

 

- Est-il dans la nature de la parole d'être à la fois véridique et mensongère ?
- Toute vérité est-elle bonne à dire ?
- Peut-on avoir de bonnes raisons de ne pas dire la vérité ?
- Dire la vérité : en quel sens et pour qui est-ce un devoir ?
- A-t-on le droit de se taire quand on connaît la vérité ?

- Le mensonge n'est-il qu'une parole pervertie ?
 

c. Les mots sont chargés de valeurs
 

VII. Le langage et les autres notions du programme
 

- Les arts sont-ils un langage ?
 


Date de création : 01/03/2006 @ 15:42
Dernière modification : 26/03/2017 @ 16:50
Catégorie :
Page lue 11355 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^