* *

Texte à méditer :  

Là où se lève l'aube du bien, des enfants et des vieillards périssent, le sang coule.   Vassili Grossman


* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
L'histoire se répète-t-elle ?

  "Comment et pourquoi les aspects uniques et exceptionnels jouent un rôle particulier dans l'histoire des sociétés humaines, on s'en rend très bien compte, même à une observation rapide, si l'on compare l'histoire des sociétés humaines à celle des sociétés animales. C'est une comparaison dont on ne peut guère se passer si l'on veut faire apparaître le problème sous son vrai jour. Les formes de relation et d'interdépendance entre les fourmis, les abeilles, les termites et autres insectes vivant en sociétés peuvent, pour autant qu'il s'agisse de la même espèce, se répéter pendant des milliers et des milliers d'années sans le moindre changement. S'il en est ainsi, c'est que les formes de société, les rapports, les relations d'interdépendance réciproques sont dans une très large mesure inscrites dans la structure biologique des organismes en question. Abstraction faite de variations comparativement minimales, la forme de ces sociétés d'insectes, et, avec quelques légères différences degré, celle de tous les autres animaux qui constituent des formations sociales spécifiques, ne se modifie que lorsque leur organisation biologique se modifie. L'une des particularités spécifiques des sociétés humaines réside précisément dans le fait que leur structure, la forme des rapports d'interdépendance entre les hommes, peut se modifier, sans que l'organisme biologique de l'homme change. Les représentants individuels de l'espèce homo sapiens peuvent former entre eux des sociétés des types les plus divers, sans que l'espèce elle-même se modifie. Autrement dit, la constitution biologique de l'espèce permet que son mode de coexistence sociale évolue, sans que l'espèce évolue. Le passage de l' « ancien régime » aux débuts de la société industrielle au XIXe siècle, le passage d'une société à prédominance agraire et villageoise à une société de plus en plus urbanisée, ont été le résultat d'une évolution sociale et non d'une évolution biologique.

[…]

  Que l'on étudie les rapports sociaux et historiques des anciens Sumériens et des Egyptiens, des Chinois et des Indiens, des Yoruba et des Ashanti, des Américains, des Russes ou des Français, on est toujours en présence d'êtres humains de l'espèce homo sapiens. Si, dans ce cas précis, des modifications de la forme de la vie en société des organismes individuels se produisent sans qu'il y ait pour autant modification de la constitution biologique, innée et héréditaire des organismes eux-mêmes, c'est en dernier ressort parce que l'orientation du comportement de ces organismes de l'espèce humaine peut et même, en fait, doit être dirigée dans une bien plus large mesure que celle de tous les autres organismes que nous connaissons par l'expérience du sujet individuel et par l'apprentissage individuel. Cette particularité biologique innée et héréditairement transmise de la constitution humaine, à savoir la relative interdépendance entre l'orientation du comportement de l'individu et son expérience à partir de l'enfance, est la raison pour laquelle, contrairement aux sociétés d'insectes, les sociétés humaines ont ce que nous appelons une « histoire » ou, avec une inflexion légèrement différente, une « évolution sociale »."

 

Norbert Elias, La société de cour, 1969, Avant-propos : Sociologie et histoire, tr. fr. Pierre Kamnitzer et Jeanne Étoré, Flammarion, Champs essais, 1985, pp. XLIV-XLVI.

 

Retour au menu sur l'histoire


Date de création : 02/02/2010 @ 17:37
Dernière modification : 12/07/2011 @ 15:18
Catégorie :
Page lue 6540 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^