* *

Texte à méditer :  La solution du problème de la vie, c'est une manière de vivre qui fasse disparaître le problème.  Wittgenstein
* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
comte.jpgIl y a plus de morts que de vivants

"Il y a plus de morts que de vivants et ce sont les morts qui dirigent les vivants."

 

  Cette citation, attribuée à Auguste Comte, n'existe pas en tant que telle. Il s'agit en réalité d'une sorte de synthèse de plusieurs phrases de celui-ci (l'origine de cette synthèse demeurant un mystère).
Ainsi, Comte écrit dans son Discours sur l'ensemble du positivisme que :

"l'être immense et éternel qui se compose beaucoup plus de morts que de vivants" [1]

Il précise les choses dans son Catéchisme positiviste :


"Ainsi, la vraie sociabilité consiste davantage dans la continuité successive que dans la solidarité actuelle. Les vivants sont toujours, et de plus en plus, gouvernés nécessaire­ment par les morts : telle est la loi fondamentale de l'ordre humain.
Pour la mieux concevoir, il faut distinguer, chez chaque vrai serviteur de l’Humanité, deux existences successives : l'une, tempo­raire mais directe, constitue la vie proprement dite; l'autre, indirecte mais permanente, ne commence qu'après la mort. La première étant toujours corporelle, elle peut être qualifiée d'objective; surtout par contraste envers la seconde, qui, ne laissant subsister chacun que dans le cœur et l'esprit d'autrui, mérite le nom de subjective. Telle est la noble immortalité, nécessairement immatérielle, que le positi­visme reconnaît à notre âme, en conservant ce terme précieux pour désigner l'ensem­ble des fonctions intellectuelles et morales, sans aucune allusion à l'entité corres­pondante.
D'après cette haute notion, la vraie population humaine se compose donc de deux masses toujours indispensables, dont la proportion varie sans cesse, en tendant à faire davantage prévaloir les morts sur les vivants dans chaque opération réelle." [2]


Enfin, il répète dans son Système de politique positive :

 
"En un mot, les vivants sont toujours, et de plus en plus, dominés par les morts." [3]

[1] Discours sur l'ensemble du positivisme, 1848, Conclusion générale, GF, p. 371.
[2] Catéchisme positiviste, 1852, p. 44.

[3] Système de politique positive, Tome deuxième, 1852, p. 18. Première partie, Chapitre 1.


Date de création : 19/04/2011 @ 19:38
Dernière modification : 13/05/2011 @ 15:12
Catégorie :
Page lue 3463 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^