* *

Texte à méditer :  Il n'est pas contraire à la raison de préférer la destruction du monde à une égratignure de mon doigt.  David Hume
* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
Les devoirs d'autrui
 "Quand après une longue hésitation, je me décide à faire quelque chose - par exemple prendre l'avion d'Amérique en Europe - ou quand placé devant le choix de me comporter d'une manière ou d'une autre - par exemple voter pour un candidat A ou un candidat B dans une élection présidentielle - je décide de voter pour le candidat A, ce qui se passe en moi est quelque chose dont je peux établir par la voie de l'introspection, qu'il s'agit de quelque chose de différent de la pensée et du sentiment, et que je peux pour cette raison appeler « vouloir ». Si je commande à autrui de devoir se comporter de manière déterminée, je peux découvrir par introspection que ce qui se passe en moi est du même ordre que quand je décide de prendre l'avion d'Amérique en Europe ou de voter pour le candidat A, à savoir un acte de volonté. Néanmoins il y a bien une différence. Dans les deux derniers cas, en effet, mon vouloir est dirigé vers mon propre comportement, et dans le premier cas, il est dirigé vers le comportement d'autrui. Je veux me comporter d'une manière déterminée, je veux faire quelque chose ou m'abstenir de faire quelque chose ; ou je veux qu'autrui doive se comporter d'une manière déterminée. Seul le vouloir dirigé vers le comportement d'un autre (incluant l'alter ego) a la signification d'un devoir-être, c'est-à-dire d'un commandement, d'un ordre, d'une prescription, d'une norme. La signification de mon acte de volonté dirigé vers le comportement d'autrui, la signification d'un acte de commandement, peut être décrit uniquement par le mot de « devoir-être » car le comportement d'autrui, vers lequel est dirigé mon vouloir, le comportement qui - métaphoriquement - est le contenu de ma volonté, le comportement d'autrui, que je veux, n'est pas le comportement existant de cette personne. Je « veux » que ce comportement soit obligatoire, et il est obligatoire avant même d'exister, c'est-à-dire avant qu'autrui n'observe mon commandement. Ce comportement peut être, mais il peut aussi ne pas être : Autrui peut observer ou ne pas observer mon commandement. Ce comportement apparaît dans mon commandement non pas sous le mode de l'être, mais sous le mode du devoir-être."
 
Hans Kelsen, Théorie générale des normes, Chapitre 9, § 1, 1979, tr. fr. Olivier Béaud et Fabrice Malkani, PUF, 1996, pp. 40-41.

Date de création : 10/05/2011 @ 21:16
Dernière modification : 10/05/2011 @ 21:16
Catégorie :
Page lue 2675 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^