* *

Texte à méditer :  C'est proprement avoir les yeux fermés, sans tâcher jamais de les ouvrir, que de vivre sans philosopher.
  
Descartes
* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
Devoir-être et falloir-être
 "Toute norme générale, qui unit une certaine conséquence à une certaine condition, représente une relation entre deux faits qui peut être décrite par l'énoncé d'après lequel une condition déterminée étant réalisée, une conséquence déterminée doit intervenir. Dans la règle, par laquelle la science de la nature décrit le rapport qui existe entre la chaleur et la dilatation d'un corps métallique : « Si on chauffe un corps métallique, il se dilate », la connexion est de condition à conséquence, de cause à effet ; c'est une connexion causale ; la nécessité du rapport est un falloir-être. Iln'est pas possible, dans l'état actuel de nos connaissances, de chauffer un corps métallique sans que celui-ci se dilate, tout en considérant bien entendu que notre expérience peut changer et qu'il faut alors changer aussi notre description de la connexion causale. Cela est aussi exact quand - comme cela arrive souvent dans la physique moderne - la nécessité de la connexion causale vaut non pas comme une nécessité absolue, mais seulement comme une nécessité relative, c'est-à-dire comme une simple probabilité. Il s'agit donc de la chose suivante. : la connexion de cause à effet est décrite dans l'énoncé : si A existe, alors B existe (ou existera).
 Lorsque l'éthique décrit une norme morale générale dans la proposition : « Si quelqu'un est dans le besoin, on doit le secourir », ou si la science du droit décrit une norme juridique générale dans la proposition : « Si quelqu'un a reçu un prêt, il doit le remboursera, alors la connexion de condition à conséquence n'a manifestement pas le caractère d'une nécessité causale. Elle est exprimée par un « devoir-être » et non par un « falloir-être ». C'est une nécessité normative, et non causale. Il est possible que quelqu'un dans le besoin ne soit pas secouru et que quelqu'un ayant reçu un prêt ne le rembourse pas."
 
Hans Kelsen, Théorie générale des normes, Chapitre 6, § 1,1979, tr. fr. Olivier Béaud et Fabrice Malkani, PUF, 1996, p. 27-28.


Date de création : 21/05/2011 @ 10:31
Dernière modification : 07/01/2013 @ 17:42
Catégorie :
Page lue 3621 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^