* *

Texte à méditer :  Il n'est pas contraire à la raison de préférer la destruction du monde à une égratignure de mon doigt.  David Hume
* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
La nature comme art divin

  SAGREDO : Je crois comprendre cela très bien. Le pouvoir de faire oeuvre, signor Simplicio, a été donné aux hommes, mais non pas également partagé entre eux ; il n'est pas douteux que la puissance d'un empereur est beaucoup plus grande que celle d'une personne privée, mais l'une et l'autre ne sont rien en comparaison de la puissance divine. Parmi les hommes, il en est quelques-uns qui entendent mieux l'agriculture que beaucoup d'autres ; mais l'art de planter un sarment de vigne dans une fosse a-t-il quelque rapport avec celui de lui faire pousser des racines, puiser sa nourriture, en tirer et en distinguer les éléments propres à former les feuilles, les vrilles, les grappes, les grains et les pépins — car tel est l'ouvrage de la très savante nature ? Ce n'est là qu'une de ses oeuvres particulières parmi tant d'autres sans nombre, et elle témoigne d'une science infinie ; aussi peut-on conclure que le savoir divin est infiniment infini.

  SALVIATI : En voici un autre exemple. Ne dirons-nous pas que l'art de faire surgir d'un marbre une très belle statue a élevé le génie de Michel-Ange bien au-dessus du commun des hommes ? Or, cet art n'est que celui d'imiter une seule attitude, une seule disposition des membres, l'aspect extérieur et superficiel d'un personnage immobile. Qu'est cela en comparaison d'un homme fait par la nature, composé de tant d'organes externes et internes, de tant de muscles, de tendons, de nerfs et d'os lui permettant des mouvements si nombreux et si divers ? Mais que dire des sens, des facultés de l'âme, de l'intelligence enfin ? N'avons-nous pas raison de reconnaître que l'exécution d'une statue le cède d'infiniment loin à la formation d'un homme vivant, à celle même du plus humble ver de terre ?

  SAGREDO : Quelle différence ne devons-nous pas supposer entre la colombe d'Archytas et une colombe de la nature ?

 

Galilée, Dialogue sur les deux grands systèmes du monde, 1632, in Dialogues et lettres choisies, Hermann, 1997, p. 216.

 

Retour au menu sur l'art


Date de création : 22/07/2013 @ 09:10
Dernière modification : 22/07/2013 @ 09:10
Catégorie :
Page lue 3370 fois

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^