* *

Texte à méditer :  Je suis homme, et rien de ce qui est humain ne m'est étranger.   Terence
* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
Individualité et spécifité en histoire

  "L'histoire s'intéresse à des événements individualisés dont aucun ne fait pour elle double emploi, mais ce n'est pas leur individualité elle-même qui l'intéresse : elle cherche à les comprendre, c'est-à-dire à retrouver en eux une sorte de généralité ou plus précisément de spécificité ; il en est de même de l'histoire naturelle : sa curiosité est inépuisable, toutes les espèces comptent pour elle et aucune n'est de trop, mais elle ne se propose pas de faire jouir de leur singularité, à la manière des bestiaires chers au Moyen Âge où on lisait la description d'animaux nobles, beaux, étranges ou cruels. Nous venons de voir que, loin d'être rapport aux valeurs, l'histoire commence par une dévalorisation générale : Brigitte Bardot et Pompidou ne sont plus des individualités notoires, admirées ou désirées, mais les représentants de leur catégorie ; la première est une star, le second se partage entre l'espèce des professeurs qui se tournent vers la politique et l'espèce des chefs d'État. On est passé de la singularité individuelle à la spécificité, c'est-à-dire à l'individu comme intelligible (c'est pourquoi « spécifique » veut dire à la fois « général » et « particulier »). Tel est le sérieux de l'histoire : elle se propose de raconter les civilisations du passé et non de sauver la mémoire des individus ; elle n'est pas un immense recueil de biographies. Les vies de tous les tailleurs sous Frédéric-Guillaume se ressemblant beaucoup, ­elle les racontera en bloc parce qu'elle n'a aucune raison de se passionner pour l'un d'eux en particulier ; elle ne s'occupe pas des individus, mais de ce qu'ils offrent de spécifique, pour la bonne raison [qu'] il n'y a rien à dire de la singularité individuelle, qui peut seulement servir de support ineffable à la valorisation (« parce que c'était lui, parce que c'était moi »). Que l'individu soit premier grand rôle de l'histoire ou figurant parmi des millions d'autres, il ne compte historiquement que par sa spécificité."

 

Paul Veyne, Comment on écrit l'histoire, 1971, Points Histoire, 1979, p. 47-48.

 

Retour au menu sur l'histoire


Date de création : 11/09/2018 @ 14:03
Dernière modification : 11/09/2018 @ 14:03
Catégorie :
Page lue 2932 fois

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^