* *

Texte à méditer :   Le progrès consiste à rétrograder, à comprendre [...] qu'il n'y avait rien à comprendre, qu'il y avait peut-être à agir.   Paul Valéry
* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
Résister à l'oppression par la violence

  "On reproche aux jeunes gens d'user de la violence. Mais ne sommes-nous pas dans un état de violence perpétuelle ? Parce que nous sommes nés et que nous avons grandi dans un cachot, nous ne remarquons plus la fosse où nous sommes, avec des fers aux mains et aux pieds, et un bâillon sur la bouche. Qu'appelez-vous donc légalité ? Une loi qui fait de la grande masse des citoyens un bétail bon pour la corvée afin de satisfaire les besoins artificiels d'une minorité insignifiante et corrompue ? Et cette loi que soutiennent la brutalité d'un pouvoir militaire et la roublardise imbécile de ses agents, cette loi est une violence brutale et perpétuelle faite au droit et à la saine raison et je combattrai contre elle, en parole et en action, où je pourrai."

 

Georg Büchner, Lettre à sa famille, Strasbourg, le 5 avril 1833.


 

  "Ceux qui nous qualifient de terroristes le font pour mystifier l'opinion mondiale et l'empêcher de voir la réalité, de voir notre vrai visage, visage qui est celui de la justice. Ils s'efforcent de dissimuler leur vrai visage qui est celui de la terreur et de la tyrannie et de nier la situation de légitime défense dans laquelle nous nous trouvons placés.
  La différence entre le révolutionnaire et le terroriste réside dans la raison de la lutte. Celui qui lutte pour une cause juste, celui qui lutte pour la liberté et pour obtenir la libération de son pays des envahisseurs et des colonialistes ne peut guère être qualifié de terroriste, ou alors il faudrait considérer le peuple américain comme terroriste lorsqu'il a lutté contre le colonialisme britannique ; il faudrait considérer la résistance opposée aux nazis par les Européens comme terroriste ; il faudrait également qualifier de la même façon la lutte des peuples d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine. Il faudrait que beaucoup d'entre vous, réunis dans cette salle, se considèrent comme terroristes. Notre lutte est en réalité une lutte juste et légitime, une lutte consacrée par la Charte des Nations Unies, ainsi que par la Déclaration universelle des droits de l'homme. Quant à ceux qui prennent les armes pour lutter contre des causes justes, ceux qui déclenchent la guerre pour occuper la terre d'autres peuples, les coloniser et les opprimer, ce sont ceux-là les vrais terroristes, et leurs actes doivent être condamnés et considérés comme des crimes de guerre. C'est la justice d'une cause qui détermine le droit à la lutte."

 

Yasser Arafat, Discours prononcé devant l'Assemblée générale des Nations Unies, le 13 novembre 1974.

 

Retour au menu sur la violence

 


Date de création : 26/03/2024 @ 14:15
Dernière modification : 26/03/2024 @ 14:15
Catégorie :
Page lue 252 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^