* *

Texte à méditer :  Avant notre venue, rien de manquait au monde ; après notre départ, rien ne lui manquera.   Omar Khayyâm
* *
Figures philosophiques

Espace élèves

Fermer Cours

Fermer Méthodologie

Fermer Classes préparatoires

Espace enseignants

Fermer Sujets de dissertation et textes

Fermer Elaboration des cours

Fermer Exercices philosophiques

Fermer Auteurs et oeuvres

Fermer Méthodologie

Fermer Ressources en ligne

Fermer Agrégation interne

Hors des sentiers battus
Par l'enfance, nous comprenons que nous sommes tous mal partis

    C'est une banalité de dire que nous sommes enfants avant d'être adultes. Mais c'est aussi une banalité de dire que l'homme a deux mains ; pourtant la réflexion philosophique commence quand on s'interroge sur la relation essentielle qui unit la main et l'humanité. De même, on doit s'interroger sur le caractère fondamental de l'enfance quant à la formation des hommes. L'enfant est à la fois moins et plus que l'adulte : moins, puisqu'il est encore à former et qu'il manque de tout ; plus, puisqu'il lui est possible justement de se former en profondeur, là où l'adulte ne le peut plus. Celui-ci peut continuer à apprendre, mais seul l'enfant peut apprendre à apprendre.
    Pourtant, condition de développement de l'humanité, l'enfance n'est-elle pas en même temps comme une fatalité qui pèse sur le devenir, aussi bien intellectuel, affectif, moral que social, de l'adulte ? Par définition, en effet, l'enfant doit se former à un moment où il ne possède ni esprit critique, ni force morale, ni indépendance psycholo­gique : malléable, impressionnable, déformable, influen­­çable, ses apprentissages sont bien souvent irréversibles : préjugés qui empêcheront l'adulte de penser librement ; complexes, refoulements, pho­bies, angoisses, qui l'empêcheront de vivre heureux de manière durable ;règles et tabous inconscients, manières de vivre "incorporées" qui biaiseront la prise en charge de son destin moral... De la sorte, l'enfance constituerait la part aliénée et aliénante de l'adulte, faisant de toute vie un échec programmé, et de tout départ un mauvais départ. Une telle vision reflète-t-elle la réalité, ou ne pèche-t-elle pas par excès de pessimisme ?



Date de création : 04/03/2006 @ 10:24
Dernière modification : 04/03/2006 @ 10:24
Catégorie :
Page lue 3454 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Recherche



Un peu de musique
Contact - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^